Abordage et rapport de mer

Je soussigné, …………X…., en qualité de copropriétaire du ……X………, armé en catégorie C, Immatriculé à la rochelle sous le n° LR494052 appartenant à la copropriété de Mr Clauzel, atteste les faits suivants
j’ai appareillé de la rochelle le 20 /06/2024 à 11h30 avec à bord 2 passagères pour une navigation de plaisance aller/ retour en suivant une route triangulaire :La Rochelle ,plage d’Aytré , les roches d’amour, La Rochelle .Au niveau du phare du bout du monde ,la mer est calme, vent faible orienté à 270°,bonne visibilité, on voit nettement le fort Boyard. La première partie, cap ~160 ° vitesse 2 à 4 nœuds jusqu’au premier virement de bord au large de la pointe du chai, deuxième partie cap 300° ~, vent faible à 270°, vitesse 2 à 3 nœuds, bâbord amure. Les 2 passagères sont installées face à face. Celle au vent barre et moi sous le vent pour vérifier visuellement l’avant .De ce fait je tourne le dos au catamaran qui vient sur nous .Prévenu par la barreuse, de l’approche d’un navire dans mon dos, j’ai vu le catamaran sous voile proche mais au premier abord vu le bruit je l’ai cru en même temps au moteur comme il est courant dans le bassin rochelais et apte à m’éviter. J’ai pris la décision de virer bâbord afin de m’éloigner trajectoire du catamaran mais le vent faible et le manque de vitesse du voilier ne me permettaient pas de m’écarter suffisamment de la trajectoire rectiligne du catamaran. Le pilote à ce moment-là n’était pas à la barre et a été prévenu de l’éminence l’abordage par les cris des passagers .il est arrivé à la barre quelques secondes avant l’impact qui a eu lieu aux environs de 14h30.De la part du catamaran, il n’y a eu aucune manœuvre d’évitement.
A l’impact la passagère tribord a été projeté sur la passagère bâbord qui a reçu un coup de tête dans le plexus solaire, le pilote du catamaran m’a invectivé pour me signifier qu’il était prioritaire étant sous voile et tribord amure et a continué sa route en cap 160 ° ~ sans autres formalités. J’ai ramené mes 2 passagères très choquées et prévenu la capitainerie du port aux environs de 15h30 qui m’a conseillée de prendre contact avec la gendarmerie maritime. La passagère qui a reçu le coup de tête est allée consulter dès son retour. Apres examen le voilier présente une déformation importante du liston tribord ainsi qu’une déchirure importante des matériaux composite du pont au niveau de l’impact. N’ayant pu relever le nom du catamaran appartenant à la société ……X….je me tournerai vers la gendarmerie maritime pour obtenir les renseignements nécessaires.
En foi de quoi, j’ai rédigé ce présent rapport sincère et véritable et me réserve le droit de l’amplifier si besoin est

bonjour
ce rapport est transmis aux autorités compétentes .
Les question que je me pose:comment ce gère la responsabilité de l'abordage ?
: est-ce que les règles de barre sont respectées ?
:le skipper est-il tenus de s’arrêter pour s'identifier ?
et nous porter secours ?
: quelles sont les modalité qui vont me permettre d"identifier précisément
le skipper et son catamaran ?étant incapable moi-même de le reconnaître ?

je suis à l'écoute de vos expériences car je suis un peu choqué e,t mes 2 passagères avec la peur engendrées, bien plus .la réaction du skipper nous étonne aussi beaucoup .Merci pour vos retour et je vous souhaite d’éviter ce genre d’expérience
bon vent à tous

L'équipage
23 juin 2024
23 juin 202423 juin 2024

Identification possible par l’Ais si le catamaran émettait. Il n’y a pas de voilier prioritaire, tribord amures est juste privilégié et le Colreg prévoit que en cas de risque de collision les 2 skippers doivent démontrer qu’il ont manœuvré et tout tenter pour éviter la collision. En face à face on manœuvre en venant sur tribord. A tes dires il semble qu’il y avait un défaut de veille sur le catamaran ce qui constitue une faute et qui si elle avait été active aurait pu éviter la collision. Le fait d’avoir tenter un virement pour éviter la collision de ton côté demande à être argumenté. Peut être que abattre aurait été plus efficace. Enfin on ne sait pas sous quel angle et à quel endroit des 2 bateaux l’impact de la collision s’est produit.
Enfin il y a le fait d’avoir fui pour le catamaran qui indique que son skipper devait pas se sentir dans son bon droit. Il pourrait y avoir aussi non assistance à personne en danger.


ela86:j'ai pas noté le terme exacte ,parce que effectivement j'ai abattu de façon a m’éloigner du cata .le virement me mettait face à lui . l'impact sur le cata est l’étrave tribord et sur mon voilier arrière tribord au niveau de la cloison cockpit /carré.pour la fuite je vais voir la brigade nautique afin de déposer une plainte ·le 25 juin 10:41
ela86:mon commentaire n'est pas bon car dans la manœuvre je commence par virer (remonter au vent)et passé le vent de face je finis donc la manœuvre en abattant (en m’éloignant du vent )et je me retrouve ,si j'ai le temps de finir ma man oeuvre ,à m’éloigner du cata voir même devenir prioritaire avec tribord amure .Ceci dit entre le moment court de décision de virement et l'impact il est très dur de remémorer tous les détails qui en fin de compte se révèlent important . j'ai donc pris rdv avec la brigade nautique de la rochelle ·le 25 juin 11:17
Moen_sur_leau:Non pas prioritaire mais privilégié, ici les mots ont une importance notable. Le ripam est très clair, tout doit être mis en œuvre pour éviter l'abordage.D'après votre rapport (on ne peut juger que sur ce qui est rapporté) le manquement principal vient de la part du cata qui n'effectuait pas de veilles et qui n'a entrepris aucune manœuvre d'évitement.La règle 5 : Tout navire doit en permanence assurer une veille visuelle et auditive appropriée,en utilisant également tous les moyens disponibles qui sont adaptés aux circonstanceset conditions existantes, de manière à permettre une pleine appréciation de la situation et du risque d'abordage.·le 25 juin 12:02
23 juin 202423 juin 2024

Pour info ,un appel vhf sur le 16 aurait permi ,de mettre le cross dans la boucle et de calmer le pilote du catamaran ...
Par ailleurs , j'aurais mis mon assurance dans la boucle qui se chargera de la partie juridique de cette affaire .


ela86:pas eu le temps pour un appel ,et ensuite ramener un peu de serenité à bord car mes equipiéres étaient franchement choquées,ne m'a pas permis de relever le nom du cata.et aujourdh'ui je suis incapable de reconnaitre le skipper ·le 25 juin 10:32
23 juin 2024

Bien d’accord c’est le réflexe immédiat à avoir après collision.


23 juin 2024

RIPAM:

Il incombe à tout voilier rattrapant un autre d'évier la collision en s'écartant. La règle "tribord amure" vient après dans l'ordre de priorité.


23 juin 2024

Au vu de ton rapport de mer, mes remarques:
- puisque que tu t'es retrouvé bâbord amure après ton virement, avant tu étais aussi tribord amure. Le catamaran était alors rattrapant donc non privilégié.
- pas de passagères ou passagers à bord: le passager a par nature payé son passage. À bord, que des EQUIPIER.
(Si tes équipières ont participé un tant soit peu au financement de la sortie, ce n'est pas la peine de rajouter un problème potentiel à ceux qui existent déjà 😰).
- respecter le délai maximal de déclaration du sinistre à son assurance. Comme en constat amiable automobile, croquis si ce n'est nécessaire au minimum bienvenu.
Il sera toujours possible de demander une annulation du dossier.


ela86:le termes pasageres est erronné effectivement ,elle n"ont pas payé leur place.un regret de moins pour elles car elles ont franchement été choquées mentalement et physiquqement ·le 25 juin 10:29
25 juin 2024

Les termes virer ou abattre sont très important dans le langage ,je vous joins donc le croquis de mon cheminement.


25 juin 2024

A priori il était rattrapant donc non privilégié.
Si votre voilier ou le sien a un AIS, les enquêteurs pourront rejouer la scène à la seconde près. S'il a été identifié visuellement plus tard (ou plus tôt) par un sémaphore, le voilier est traçable sur toute la portée radar de son trajet.


25 juin 2024

Si je comprends bien il y a 2 voiliers sous voiles ,l'un babord amure, l'autre (catamaran) tribord amure.

c'est bien celà?

on ne voit pas les manœuvres sur le schéma


25 juin 2024

Si je comprends bien, tu étais au près bâbord amure et le cata au largue tribord amure.
Le cata était donc privilégié et tu aurais dû abattre pour passer derrière lui.

En virant, tu lui as coupé la route et vu la largeur d' un cata...

Je crains que tu ais du mal à t' en sortir!


25 juin 2024

Je n’ai pas bien compris la manoeuvre d’evitement que tu as menée.

Les observations que je peux faire:

1/ les priorités de régate n’ont rien à voir avec le Ripam.

Donc ne pas parler d’amure cela n’a rien à voir.

Pour moi le catamaran vient sur ton tribord donc il est privilégié, c’est à toi de manoeuvrer, ce que tu as fait mais trop tard.

Mais j’ai peut etre mal compris et ce point est important.

2/ Privilégié ne veut pas dire prioritaire, il devait donc manœuvrer pour eviter l’abordage ce qu’il n’a pas fait.

3/ La veille doit être constante. Elle a été assurée de ta part. Par contre il n’y avait personne à la barre du catamaran. Tu peux donc evoquer un defaut de veille puisque celui-ci n’a pas manouvrer ni chercher à t’alerter par signaux sonores (ou VHF).

4/ l’assistance en mer est obligatoire, il s’est enfui sans s’identifier. C’est à mon avis le point essentiel du rapport mais je ne suis pas avocat ni spécialiste.

Les accidents arrivent. S’enfuir c’est autre chose.

En effet un appel PAN PAN sur le 16 permet de figer la situation et aussi de bénéficier d’un suivi du cross si la situation à bord se degrade.Pas toujours simple d’y penser.

Bon courage

J’ai été une fois (avec mon binôme )à l’origine d’un abordage en voile légère lors d’une regate(peu de dégâts heureusement ) mais psychologiquement cela secoue.


25 juin 2024

En regardant le dessin, et en relisant le texte, on comprend que tu naviguais bâbord amure, au près, et que le catamaran arrivait en naviguant tribord amure au largue. C'était donc a toi de manœuvrer (de bonne heure et franchement) pour éviter l'abordage. Tu dis que tu regardais vers l'avant en étant assis sous le vent.
Tu aurais du aussi regarder sur le côté régulièrement et apercevoir le catamaran... il y a là un défaut de veille de ta part. Le skipper du catamaran n'était pas à la barre (sous pilote ?) donc défaut de veille de son côté aussi. Les assurances diront responsabilité partagée...
Il est parti sans demander son reste... répare ton bateau et range l’anecdote dans les mauvais souvenirs qui servent de leçon...


25 juin 2024

ce que je comprends , le cata arrivait derriere toi à ton tribord ,tu as viré et le cata t'as percuté sur ton tribord ..

pour moi je suis desolé ,mais tu as tous les torts..il fallait simplement continuer tout droit en changeant peut etre un peu de cap ..mais surtout pas virer pour lui couper la route


25 juin 2024

bâbord amure. Les 2 passagères sont installées face à face. Celle au vent barre et moi sous le vent pour vérifier visuellement l’avant .De ce fait je tourne le dos au catamaran qui vient sur nous .

Le catamaran arrive sur ton tribord, il est donc privilégier (sauf s'il est au moteur (L'était-il? c'est là le point important)

S'il était à la voile, tu es en tort car il vient sur ton tribord.
Il a le tort de ne pas manoeuvrer du à un défaut de veille.

Les torts sont donc partager mais à ton détriment.

Pour le reste son attitude après l'abordage est scandaleuse. Juridiquement je ne sais pas ce que cela implique au niveau assurance.

Une observation:

Quand je navigue , je ne gère absolument pas les règles de privilège comme étant un privilège et je préfère manoeuvrer que d'attendre de voir si l'autre va le faire. Tout en respectant le RIPAM je suis les principes supplémentaires suivants qui sont mon interprétation de la différence entre privilège et priorités

1/ me tenir loin des autres autant que possible en toutes circonstances.
2/ Surveiller les routes de tous les navires environnants (et veiller bouées filets etc) en partant du principe qu'ils sont potentiellement un risque.
3/ Manoeuvrer pour ne pas gêner les bateaux de travail (ou les cours de voile, ou les régates).
4/ Concernant les voiliers, leur laisser le privilège si j'estime que c'est plus facile de manoeuvrer pour moi que pour eux. Selon le principe 1, Ripam ou pas si je peux m'éloigner sans que cela me coûtent je m'éloigne. Il vaut mieux prévenir que guérir.
5/ Pour les plaisanciers à moteur, ils se débrouillent, sauf si j'estime que c'est un kakou potentiellement dangereux (vitesse excessive par exemple).


25 juin 2024

C est quoi le Ripam??
Jamais lu ce titre ça m à pas l air très passionnant il y a des romans beaucoup plus intéressants à lire pendant mes navigations


ela86:effectivement ca peu etre rebarbatif .mais cela fixe quelque lignes de bonne conduite ,voir de savoir vivre surtout quand on veut naviguer au milieu des autres .j'ai connu le vol de parapente ou il y a aussi des regles de "priorité" mais il est bien explicite que l'on peut abandonner son privilège quand on en a la possibilté ,et que l'on ne colle pas celui qui vous gêne contre la paroi .le but de ces règles c'est de pouvoir prévoir ce que va faire l'autre et s'y adapter et que l'on puisse vivre ensemble .apres il y a le pacifique à dix miles des côtes où à priori personne ne nuit à personne .ce que je n'arriverai pas à experimenter à mon grand regret ·le 25 juin 15:15
Polmar:En vol de pente, le privilégié, ou prioritaire, est celui le plus près du relief, notamment quand les deux aéronefs sont face à face. Et c'est logique.·le 26 juin 08:08
Cilou17:C'est surtout obligatoire à bord ! Regarde dans ton bloc marine à l'occasion, tu verras qu'il n'y a pas que les entrées de port qui y figurent ...·le 01 juil. 17:08
25 juin 2024

Ce que je comprends c'est que le mono et le cata allait en fait dans le même sens tribord amures et que le cata était rattrapant sur le mono lequel a voulu s'écarter en virant au vent etdu fait s'est retrouvé sur babord amures.

Donc initialement faute totale du cata rattrapant un voilier sous son vent.

Pour le mono il fallait abbatre plutot que virer (d'ailleurs c'est ce quil' dit) mais ils ont été surpris par la vitesse du cata en appréhendant pas suffisament.

Là ça se discute


25 juin 2024

En fait à ce niveau, pour ma part, je n'y comprends plus rien...
peut etre un schéma de la séquence complète ?


25 juin 2024

Tout ça est bien confus.
Envoyer le rapport de mer à l’assurance et aux AffMar, avec copie à la capitainerie, en essayant de le rendre plus explicite sur le déroulement.
Et faire faire les devis pour la réparation si l’assurance ne missionne pas un expert.


25 juin 202425 juin 2024

Les termes virer ou abattre sont très important dans le langage ,je vous joins donc le croquis de mon cheminement. Entre la sortie du port et le virement il y à peu prés 1h30 de nav et du virement jusqu'au point d'impact 1 heure .Sortie du port 12 h impact 14h30- -
j’espère que cela va éclaircir le débat .demain passage a la brigade nautique de gendarmerie pour faire identifier le cata et son skipper .je n'ai pu relever que le nom de la compagnie


Recidive:Ton dessin ne montre pas clairement ta manœuvre d'évitement.Pourquoi ne pas faire un dessin pour chaque étape, ou au moins, dessiner ta trajectoire avant l'impact.·le 25 juin 15:47
Naglfar:Je vois ta flèche au moment où tu vires tu étais donc bien dans le même sens que la cata !·le 25 juin 19:12
25 juin 2024

Donc tu venais du port en bas à droite de ton schéma
D'après ta déclaration
Donc tu étais bien au départ sous le vent du cata rattrapant dans ton dos
Tu vires en catastrophe car tu allais au contact
Tu etais en veille et lui pas
Tu aurai du abattre mais comme tu surveillait sous la voile c'est ton équipière qui a pris l'initiative de virer étant à la barre.
Voilà


25 juin 2024

C'est clair qu'avec une succession de schéma avec position des 2 bateaux ça éclaircirait grandement la chose car j'ai pas compris ce qu'il s'est passé.

Et si l'assurance a la même lecture, ça va pas être facile.


25 juin 2024

Une video sur le RIPAM


25 juin 2024

Le catamaran était rattrapant, et il ne faisait pas de veille. Il a tous les torts.


25 juin 2024

D'après le schéma, le cata n'est pas du tout rattrapant, il vient tribord amures sur le tribord avant du mono qui est bâbord amures. Si les deux sont sous voiles, le cata est privilégié, ce qui ne l'exonère pas de sa responsabilité pour défaut de veille et défaut de manœuvre d'évitement. Mais peut-être ce schéma ne correspond-il pas à la réalité, ou mérite d'être complété.


Duduche Braz:Effectivement la description est assez confuse... si on en croit le dessin il y a la mono bâbord amure et le cata tribord amure, mais si le mono vient de virer pour tenter l'évitement la responsabilité n'est pas la même... indépendamment du fait que virer n'était peut-être pas la meilleure solution. Le défaut de veille du skipper du cata parait manifeste, et l'attitude de ce dernier après le choc ne plaide pas en sa faveur. ·le 25 juin 18:23
Duduche Braz:De l'importance de bien rédiger un rapport de mer, avec les mots qui conviennent et en laissant de côté toute interprétation sous le coup de l'émotion. ·le 25 juin 18:25
Calypso2:qui vous dit qu'il y avait un defaut de veille sur la cata ,? c'est une interpretation du mono ce n'est pas parce qu'il n'y avait personne à la barre que la veille était absente ..je comprends simplement que le mono a virer et c'est mi en travers de la route du cata ..·le 25 juin 18:45
Lulu2:En restant factuel et sans orienter la description à son avantage ou à son détriment.·le 25 juin 18:47
ela86:le défaut de veille n'est pas une interprétation :c'est bien les passagers qui ont avertit de l’éminence du choc ,nous les avons entendus; et nous sommes deux a avoir vu le skipper arriver en courant pour prendre la barre .·le 25 juin 19:00
tiktak:Si les passagers ont prévenu c’est qu’il y a eu veille.Si le cata arrive sur ton tribord il est privilégié et tu dois manoeuvrer.·le 25 juin 20:01
Lady_C:011.2.1.2. Règle 5 — Veille07Tout navire doit en permanence assurer une veille visuelle et auditive appropriée, en utilisant également tous les moyens disponibles qui sont adaptés aux circonstances et conditions existantes, de manière à permettre une pleine appréciation de la situation et du risque d’abordage.·le 25 juin 20:11
25 juin 2024

voila un shéma un peu plus détaillé .avec les horaires de départ et d'impact .je crois que tout y est,et représente la réalité autant que faire se peut .la seule précision que je ne peux pas donner c'est la précision au degrés près de mon bateau au moment de l impact . j'étais barre à bâbord toute ,et les yeux fixé sur l'étrave du cata . Après j'avais à m occuper de mes deux équipières dont une a été projeté violemment sur sa vis à vis au moment du choc .Ramener la sérénité dans le cockpit et redonner l'assurance que l'on rentrera au port sans probleme prends du temps .Aprés cela le cata était loin ,loin ,loin.


Calypso2:il est certain que le cata aurait du resté sur zone ·le 25 juin 18:58
25 juin 2024

J'ai vu ta flèche sur ton schéma au point de virement.

Donc vous étiez bien dans le même sens.

Tu étais en fait à ce moment prioritaire !.

Sous le vent du CATA rattrapant.

Tu n'aurais même pas du bouger.

Au pire abattre au vent en t'écartant donc aller sur babord et non virer tribord.

Alors pour ce qui te concerne oui il y avait défaut de veille car il faut se demander pourquoi le cata ne s'est pas écarté bien avant d'autant qu'il était plus manoeuvrant et plus rapide.

Ca risque de finir en partage de responsabilité car ta manoeuvre n'était pas adéquate.


Calypso2:et bien oui , ela86 a eu tort de virer , et de se mettre en travers du cata qui alors ne pouvait pas faire grand chose et du plus devait le privillege au cata sur son td . je pense qu'aux cri des "passagéres" il y a eu "panique" à bord ..vu le dessin les deux bateaux étaient paralléle donc pas de danger ou un petit coup à bd ·le 25 juin 19:26
Polmar:Si tu étais sous le vent, sur la même amure tu avais même le droit de l'offre. O K, je sors 🤭·le 26 juin 08:13
25 juin 2024

Non mais sérieux, NAgfar, tu le fais exprès ou quoi?
Il explique quand même trois fois son schéma: a aucun moment sa trajectoire pour éviter le cata n est dessinée. N apparaissent que les deux bords effectués depuis la sortie du port, le premier bord qui dure 1h30 et le deuxième bord qui dure 1h!
Il y a une heure entre son dernier virement de bord et l abordage. Autrement dit, s il navigue depuis une heure a cette allure, et que le cata arrive sur son tribord en cap opposé , il n y a AUCUN BATEAU RATTRAPANT.

Y a quoi de compliqué a comprendre la dedans?


Polmar:Simplement que le schéma explicatif n'est pas clair et doit être repris. Mais je ne vois pas le dernier (que deux fois le même)😭·le 26 juin 08:15
Naglfar:Merci Polmar, tu élèves le niveau, @shari comment tu expliques alors la phrase "De ce fait je tourne le dos au catamaran qui vient sur nous .Prévenu par la barreuse, de l’approche d’un navire dans mon dos" ? la description est mal faite c'est tout et on essaye de démêler ce qui s'est passé. Je ne suis pas le seul à avoir cette interprétation GARDE TON CALME MON AMI , c'est mauvais pour le coeur et la navigation en général.·le 26 juin 09:02
Polmar:Ce qui serait intéressant de connaître, ce sont les route avant l'abordage, pas la route prévue. Pour faire simple, la trace des sillages, au minimum celui du voilier.·le 26 juin 11:01
Shari:Naglfar, alors certes, c est pas toujours bien écrit et parfois confus, mais il suffit de prendre son temps pour lire et comprendre ainsi qu il y a d un coté ce qu il décrit de la situation telle qu elle s est déroulée et de l autre, ses schémas. Et quand tu tentes de relier l un a l autre, c est plutot limpide: sur le 2eme bord, la barreuse est au vent, lui est sous le vent, et ainsi, c est elle qui le prévient patin couffin... Lisez, bon sang, lisez, et prenez deux minutes avant de vous empresser de répondre. Ca n est pas moi qui doit garder mon calme, c est toi qui doit le conserver pour démêler l écheveau avant de te jeter sur ton clavier pour rédiger un commentaire. Bref, rien de grave, tu as raison, je ne devrai pas monter dans les tours ainsi, quand je lis des commentaires, aussi farfelus soient ils ^^·le 26 juin 13:51
26 juin 2024

Question subsidiaire, Ela86 doit bla bla bla être capable de réciter par coeur le RIPAM, mais a-t-il son permis bateau? Si non il est moins "sachant" que le skipper du cata qui doit avoir les diplômes correspondant à son activité. Et qui de plus professionnellement et humainement s'est comporté comme un sagouin (d'après le récit fait par Ela86)


Polmar:Un voilier au moteur n'a pas besoin d'être piloter par un titulaire de permis. Si le catamaran était voile et moteur, avait-il hissé son cône dans la mature 😉?·le 26 juin 11:03
PeeFl:Je ne parle pas de problèmes réglementaires, quand on passe son permis, même côtier, on apprend certaines choses utiles pour le pilotage d'un bateau, à voile ou à moteur.Je vais me faire des amis en disant que ce permis minimum devrait être obligatoire pour tous les bateaux immatriculés. Pour ceux qui voyagent en haute mer, permis hauturier plus stages secourisme (procédures et matériels) et PRR, que la VHF soit fixe ou pas.·le 26 juin 11:59
Voyageur29000:Quand on voit , en haute mer /en hauturier ,comment se comportent les pros ta remarques est juste risible( y compris materiels et stages ...)·le 26 juin 12:27
PeeFl:Je ne RE-parle pas d'application de la réglementation, mais de son apprentissage et de ce qu'il en reste après quelques années. Être "sachant" (censé savoir ce que vous faites) aggrave votre situation en cas de pépin et comme le conclue chaque rapport du BEA mer, "les consignes de sécurité n'ont pas à être rappelées, puisque par nature, elles sont obligatoires".Qu'il n'y ait aucune veille par ex. sur les bateaux sous pilote automatique ne date pas d'hier, nous attendons le "train de mesure" qui va régler tout ça.·le 26 juin 15:19
Voyageur29000:Et donc tu voulais,dire quoi en français sans te c...r dessus·le 26 juin 23:55
ela86:c'est quand même lui qui n'est pas a la barre ,qui a passe 1h a regarder devant sans voir un voilier ,qui me rentre dedans sans aucune manœuvre d’évitement .il a son permis et c'est un professionnel .quand au ripam il n'est pas question de le savoir par coeur il suffit juste de le lire . et justement il est bien dit que le skipper ne voyant aucune réaction de ma part avait le devoir de m'éviter. Avant d'oser sortir un voilier seul ,j'ai pratiqué la conaviguation .Bonne formation et c'est là que l'on se rend compte que c'est pas le permis qui améliore le marin .·le 27 juin 01:38
26 juin 2024

Une précision tout de même : on peut très bien faire la veille visuelle depuis l'intérieur sur un cata. On voit même mieux depuis le carré vers l'avant. Les cris des passagers et la ruée du skipper vers la barre peuvent tout à fait avoir été concomitants. D'après le premier (et seul) schéma, le cata était privilégié, le skipper devait s'attendre à ce que le mono manœuvre et a réagi trop tard. Ce n'est qu'une hypothèse, il manque beaucoup de détails et d'abord la version de l'autre bateau.


26 juin 2024

Il m'est arrivé une aventure similaire , un abordage à pleine vitesse par un bateau à moteur qui me rattrapait , gros choc sur mon AR babord alors que dans une tentative désespérée d'éviter j'ai réduit la puissance de l'impact .
Le propriétaire du bateau stop et me demande s'il y a des blessés , Non , il m'indique qu'il avait un probleme de pilote et qu'il était dans la cale , sa femme faisait la vaisselle .....
Puis il s'en va , nous laissant juste son téléphone .
- Appel et signalement de l'incident par VHF au CROSS .
- rapport de mer sur mon livre de bord
-La gendarmerie maritime du coin est informée et déplace sa grosse vedette ( 21 m ) pour enregistrer ma déposition . Photos des dégats etc ...
- Déclaration à mon assurance
A partir de là , je n'ai plus eu à m'occuper ni de la procédure , ni du suivi de l'affaire , mon bateau a été réparer dans les règles de l'art ( 12000 € de dégâts ) .
Le proprio du bateau à moteur n'était pas assuré , il a tout fait pour éviter la justice et le paiement des dégâts , toutes les excuses y sont passées , mais aprés 2 années de procédures , son bateau a été saisi , vendu aux enchères et il a été condamné a payer une forte amende .
A noter , les réflexes à avoir pour mettre immédiatement toutes les circonstances et témoignages en accord avec les RIPAM .
L'appel VHF au CROSS qui enregistre tout ( position , heure etc ...)
Plainte à la gendarmerie maritime ( ils sont bien nos gendarmes , ne pouvant aller à La Londe avec mon bateau à cause du tirant d'eau , ils se sont déplacés ) .
L'assurance qui prend en charge la procédure si tout est clair .

Voili voilou , et bon courage .


Peace And Love:Dans le cas de mon mouillage arraché et abandonné par le fautif en gros mistral, septembre 2022 à Cannes, j'ai ete impressionné par le professionnalisme et le soutien de la gendarmerie maritime pour retrouver le coupable dont je n'avais que le nom du bateau et le pavillon. Tout les echanges entre le Cross et la SNSM avaient été enregistrés. Quand un service est efficace il faut le dire. J'avais le 06 du Gendarme OPJ par exemple ·le 26 juin 10:23
Voyageur29000:Oui la gendarmerie maritime c'est quand meme juste leur job.....·le 26 juin 12:28
Peace And Love:Il avait fait plus que son job, il avait commencé l enquête avant que je dépose plainte, après ma simple main courante. ·le 26 juin 12:40
Voyageur29000:@peace and love : une main courante suffit a OPJ , et vois tu meme sans main courante et un simple echange verbal suffit et quand on voit le taux de disponibilite des GM c'est juste peu etonnant ·le 26 juin 12:43
Peace And Love:Non il ne peut pas enquêter donc informer le procureur sur une simple main courante·le 26 juin 13:47
Peace And Love:Je présume qu’il connaît la loi, non ?·le 26 juin 13:47
Peace And Love:Enquêter c se déplacer , interroger les capitaineries, contacter les autorités du pays du coupable etc·le 26 juin 13:49
red sky:ce n'est pas enquêter, c'est juste prendre la température. Enquêter, c'est rédiger des PV, prendre des auditions, faire des réquisitions..... Une capitainerie n'est pas tenue de donner des informations de ce genre.·le 26 juin 14:57
Peace And Love:On est d’accord, c ce que j essaie d expliquer, il a pris des contacts informels avec les capitaineries du coin , a retrouvé la trace du bateau ce qui a permis d’acceler après mon dépôt de plainte Sinon le fautif aurait pu être loin·le 26 juin 15:04
Peace And Love:Le fait qu’il y ait eu délit de fuite l’avait vraiment motivé ·le 26 juin 15:05
26 juin 2024

un rattrapant quel que soit son mode de propulsion n'est plus avantagé ,c'était à lui d'éviter la collision .
c'est dommage de na pas avoir relevé le nom ,il devait certainement avoir un ais à contrôler sur marine traffic


tiktak:C'est toute la question, le catamaran était-il rattrapant? Ou arrivait-il sur tribord? Avoir les enregistrement AIS doit permettre de s'en assurer, d'où l'intérêt de mettre le cross dans la boucle car lui voit. Parce que visuellement, c'est difficile à prouver.Dans le rapport de mer, si ela86 a identifié le cata comme rattrapant il doit le dire clairement.Moi ce que j'identifie dans son rapport, c'est une confusion entre les règles de régates (sur les amures et la position au vent sous le vent) et les règles du RIPAM, or elle n'ont rien à voir.Ce n'est pas clair, ni pour moi ni pour beaucoup de lecteur donc ce ne sera pas clair pour les autorité et les assurances.·le 26 juin 17:23
Calypso2:c'est vrai , il serait bien de decomposer le schema en séquences ·le 26 juin 17:31
CfCfCf:Pour tiktak : La règle sur les amures et position sous le vent est la règle 12 du RIPAM : www.ecologie.gouv.fr[...]reg.pdf ·le 26 juin 18:04
tiktak:Tu as ma fois raison. Comme quoi l’apprentissage du permis moteur embrouille les idées dans cette situation.·le 26 juin 18:11
tiktak:Et merci de ce rappel utile qui me sort de l’erreur. ·le 26 juin 18:12
Encolpis:Il y a une erreur au chap 13, le rattrapant si il voit le feu avec un angle de plus de 22,5 °.C'est, si c'est un angle de moins 22,5 ° c'est a dire qu'il ne peut voir les feux lattéraux .·le 26 juin 18:18
Calypso2:sauf qu'ils sont en plein jour ,il aurait fallu relever l'angle du rattrappant ..on n es'en sort pas mdr ·le 26 juin 18:21
CfCfCf:@Encolpis. Non, il n'y a pas d'erreur chapitre 13 dans le RIPAM. La référence de l'angle, ce n'est pas l'axe du bateau, mais le travers. Donc c'est bien un angle de PLUS de 22.5° en arrière du travers. (90° + 22.5° = 112.5° feux latéraux.)·le 26 juin 18:35
26 juin 2024

2 ou 3 trucs qui m'échappent sur la description de l'accident :

Virer bâbord, je connais pas. Virer de bord, oui. Mais on n'indique pas de quel coté, c'est obligatoirement face au vent. Sinon, c'est lofer ou abattre.
Le voilier était bâbord amure. cap 300° Vent 270°, donc 30° du vent réel ???? C'est quel bateau pour faire un près pareil ???. J'interprète "virer bâbord" par lofer ??? Je vois pas. On arrête le bateau quasi face au vent si on était déjà à 30° du vent réel.

Ensuite à quelle vitesse allait le cata ? Un nacra ou un lagoon, c'est pas pareil.

Et le point important, c'est de savoir si le cata était au moteur, ou pas. Au moteur, c'était à lui d'éviter.

Aucun appel VFH avant ou après le choc ? Ne serait ce que pour signaler des blessés potentiels ?


26 juin 202426 juin 2024

Voilà ce que je comprends de ce rapport de mer.

Il en ressort selon moi que:

1/ C'était bien à toi de manoeuvrer (Règle 12 babord amure / tribord amure).
2/ Tu l'as fait mais trop tard (Règle 8 c)) et s'il t'aborde en position de rattrapant et sous le vent c'est bien parce que tu lui as coupé la route. Je ne pense pas que tu puisses invoquer le fait qu'il soit rattrapant.

Ton choix de virer de bord au lieu d'abattre en grand est très discutable. Mais je ne veux certainement pas donner de leçon c'est plus facile à dire après une fois connues les conséquences, et je l'ai dit avec mon équipage on a fait exactement la même erreur en régate.

3/ L'abordeur n'a pas respecté la règle 8 e) ce qui rend les torts partagés.

Je joins un dessin avec fond de carte et routes tracées,
A mon sens il serait bond de préciser les horaires et de positionner précisément le point d'impact.

A noter que le 20/06 à 14h30 il y avait sur ta position un courant faible de 0,2 Noeuds portant à l'Est ce qui ne t'as pas aider à virer.


26 juin 2024

bonsoir
je me suis déjà expliqué sur les termes mal choisi mais a force de précision y en a plus .
sur le croquis suivant nos deux positions avant l'impact

1ere solution que je n'ai pas prise abattre pour me retrouver face au cata
2eme solution lofer ,ce que j'ai fait pour m’éloigner du cata .
Cette situation m amène face au vent, faible ,et une fois ce point dépassé si je ne bouge pas ma barre si je ne me trompe pas j'abats .pour moi pas de vent pas de vitesse je suis excessivement lent .
je suis sur le même cap depuis une heure .j'ai parcouru 3 miles peut être et dans la même situation :vent très faible . et quelque soit mon manque de vigilance dans mon dos,je ne comprends pas que le cata en 1 heure de temps qui lui aussi suit une ligne droite ne me voit pas, ne juge pas ma vitesse ,ne ralentit à aucun moment ,pas même un avertissement sonore .pas même un ecart de route au moment de l'impact .il est allé tout droit .
30° entre mon cap et le vent certainement que je me trompe mais les directions sont là
que j'ai réagi trop tard oui evidemment.que je sois en défaut de priorite oui .
mais il me semble que ce ne soient pas deux raisons suffisantes pour "etre prioritaire" et pour aborder de plein fouet un autre navire
et cela est ecrit quand il a vu que je ne manœuvrais ,il pouvait de lui manœuvrer pour eviter l'abordage. En esperant que cela eclaircice le debat et merci pour vos contributions et retour.



tiktak:A te lire je pense que tu as subi un effet tunnelLa météo très maniable et ta vitesse faible ont diminué ta vigilancePour toi ce cata devait manœuvrer car il etait au moteur.Tu as donc pris de mauvaises decisions avec des raisonnements tout à faits valides mais construits à partir d’informations fausses.Cela m’est arrivé aussi. Reste que sans un comportement catastrophique du cata il n’y aurait pas eu d’abordage.Bon courage pour tes réparations. Personne n’a été blessé c’est l’essentiel et tu as ramené tout le monde au port, c’est l’essentiel.·le 26 juin 22:19
CfCfCf:C'est plus compliqué que ça. Le navire privilégié n'a pas vraiment le choix. Il doit suivre la règle 17 du RIPAM "Lorsqu'un navire est tenu de s'écarter de la route d'un autre navire, cet autre navire doit maintenir son cap et sa vitesse." Voir www.ecologie.gouv.fr[...]reg.pdf Il n'y a que quand il s'est rendu compte que la collision était inévitable qu'il devait manœuvrer. Si j'avais été à la place du catamaran, je n'aurais réagi qu'a 10-15 m de distance, pas avant. Et la manœuvre d'évitement en urgence que j'aurais fait c'est lofer. (aller sur tribord pour le catamaran) Parce que je m'attendais à ce que vous alliez aussi sur votre tribord pour passer derrière. Pour moi, vous ne pouviez pas lofer, vous étiez déjà au près. Vous ne pouviez qu'abattre. Un virement de bord juste devant , ça aurait fait une grosse bordée d'injures + Boum...·le 26 juin 22:56
ela86:Ce genre de sortie ,au moins pour le bassin rochelais ,sont des sorties festives ,Généralement par temps calme on se fait dépasser par cette compagnie voile sortie et moteur .je l'ai cru au moteur .mes décisions sont bonnes .mais tardives .si abats je me retrouve face à face dans la trajectoire du cata.il me coule le bateau .il y a peu de vent ,je suis non manoeuvrant et c'est une situation qui doit evalué par le skipper du cata . regle 17 b:b) Quand, pour une cause quelconque, le navire (cata)qui est tenu de maintenir son capet sa vitesse se trouve tellement près de l'autre que l'abordage ne peut être évitépar la seule manœuvre du navire qui doit laisser la route libre(mon voilier) , il (le cata )doit de son côtéfaire la manœuvre qui est la meilleure pour aider à éviter l'abordage. je ne l'avais bien lu avant mais là c'est clair :oui il est prioritaire mais il doit faire le nécessaire pour m'éviter ·le 27 juin 02:13
Calypso2:enfin une regle (peut etre la mienne) il faut etre manœuvrant pour eviter une collision ,participant aux rassemblements des vieux greement ,mon réflexe acquis dans ce cas ..moteur en route tout de suite ...et là je me sauve ..ce n'est pas peut etre "elegant" mais c'est efficace ·le 27 juin 09:18
Peace And Love:soutien à ELA, retrouver ce pirate Rochelais et faire main courante et ou depot de plainte, c'est gratuit. c'est la seule fois ou j'ai déposé plainte, uniquement pour retrouver mon fautif et communiquer avec lui et obtenir des excuses, sinceres je pense et se rencontrer. Ensuite je n'ai pas poursuivi, pas ma cup of tea·le 27 juin 09:30
ela86:le temps imparti pour me sortir de la route du cata était trés tres court ,pour le moteur c'était cuit mais effectivement c'est un trés bon moyen que je n'hesite pas à mettre en oeuvre . la gendarmerie maritime va m'aider à retrouver le skipper et le cata ,ils font partie d'une grosse compagnie .le dépôt de plainte interviendra suite aux réponse de la compagnie .·le 27 juin 11:11
CfCfCf:Attention : "aider à éviter l'abordage" et "éviter l'abordage" sont 2 phrases différentes avec des significations différentes.·le 27 juin 11:29
Addiction:@Calypso, oui rester manoeuvrant c'est important, c'est pour cela que la pêche a la dérive est interdite dans le golfe du Morbihan en période estivale, j'hésite maintenant à sortir à la voile pour garder de la visibilité, entre les kayaks, les petites embarcations de pêche et les plongeurs qui perdent leur palanquée ça fait une belle course d'obstacles·le 27 juin 11:47
Calypso2:il y a peu je suis allé au vieux port à la Rochelle ,que j'apprécie par son ambiance ..en entrant dans le chenal des minimes m^me bien avant vu le trafic j'ai demarré le moteur ... il y a de tout ..m^me certains qui marchent sur l'eau ..·le 27 juin 12:04
Addiction:Jésus, Jésus est revenu .....·le 27 juin 12:08
Calypso2:oui c'est ce que je me dit lorsque je voie des "jeunes" foncé à 30cm audessus de l'eau ,dommage je n'ai plus l'âge mais ça m'aurais bien tenté , je suis admiratif ·le 27 juin 12:11
27 juin 202427 juin 2024

Bonjour,

4 jours pour un dessin affichant tout simplement que tu étais babord amures et l'autre tribord amures.
4 jours pour dire que tu étais sur ce même bord, au même cap, pendant une heure.
"Et quelque soit mon manque de vigilance" : une heure sans regarder ce qu'il y a derrière tes voiles ( ce n'est pas dans ton dos) !!!
Et tu ne comprends que l'autre n'est pas changé de cap ?
Mais c'était à toi de changer de cap et bien avant ton virement.
Je suis effaré !


ela86:je ne nie pas mon imprudence ,ni mon erreur et je me contente de répondre si possible aux interventions .je relate les faits tels que je les ai vécu . Les questions que je me pose:comment ce gère la responsabilité de l'abordage ?: est-ce que les règles de barre sont respectées ?est ce que le skipper doit garder sa route quoiqu'il arrive?:le skipper est-il tenus de s’arrêter pour s'identifier ?et nous porter secours ?: quelles sont les modalité qui vont me permettre d"identifier précisémentle skipper et son catamaran ?étant incapable moi-même de le reconnaître ?Le "Je suis effaré !"et le ton du texte ne m'apporte rien ,à part le sentiment que je n'ai vraiment rien à foutre en mer ,que je merite que mon bateau coule .·le 28 juin 01:16
tiktak:Bof sur HetO certains aiment donner des leçons…Ne te frappe pas ela86, ces donneurs de leçons se rassurent ainsi quant à leurs propres manques.Je te remercie pour ma part de ce témoignage qui m’a permis de me rafraîchir les idées sur le sujet des priorités en mer.Pour ma part je pense que le danger en mer s’accroît avec le manque d’humilité. Ton témoignage montre que l’on peut s’appliquer à être prudent et pourtant adopter un comportement problématique du fait de la force de la routine qui conduit à mal analyser une situation.·le 28 juin 14:27
ela86:oui la routine tue .je sais pas si je l'ai dit là ,mais j'ai pratiqué le parapente .pour assouvir cette activité et l'amplifier ,j'ai donc passer un brevet de pilote et une qualif biplace . les règles de pilotage s'approchent un peu des règles de nav. et là aussi ces règles étant posées il n'est pas interdit de les transgresser pour éviter un accrochage et d'autant plus en bi , et en l'air c'est exactement comme en mer on y rencontre de tout .Je donnerais la suite et la fin de l'histoire dès que je la connaîtrais , merci pour tes reponses .bon vent .·le 29 juin 14:42
tiktak:De rien.Pour ce qui concerne les réparations, rassure-toi, la fibre de verre c’est facile à réparer quoique l’on puisse lire ici où là.Le mieux c’est d’être deux: un qui prepare un qui pose.·le 29 juin 14:45
iclo420:L'expression des avis sur le forum peut-être brutale et trop souvent manquer d'empathie. Il faut malheureusement faire avec. Désolé pour toi.Sur le fond, il est difficile de juger des circonstances en ayant le seul point d'une des parties et avec les approximations dues à l'interprétation et sur le coup de l'émotion quand on est impliqué on est pas le meilleur des témoins.A partir du moment où tu étais babord amure et lui tribord, il était privilégie et cela aurait du être toi qui "prennait" les devants pour faire cesser la situation de route de collision. Ensuite, l'autre bateau a engagé sa responsabilité en ne manoeuvrant par pour éviter la colision qui soit privilégié par son tribord amure n'y change rien.La manoeuvre d'évitement que tu décris semble, désolé de le dire, assez malheureuse : - Virer de bords est une action assez irréversible dans la mesure où une fois la vitesse dégradée par le virement tu perds sérieusement en manoeuvrabilité jusqu'à ce que le bateau reprenne de la vitesse. Il vaut mieux abattre car tu conserves plus d'option (loffer / abattre) si ça ne suffit pas ou si l'autre bateau fait une manoeuvre similaire et que vous rester / devenez à nouveau en route de collision.Le principe est de manoeuvrer assez tôt pour que l'autre bateau ai le temps de comprendre "ok, il abat, il va passer sur mon arrière, je loffe un peu ou je conserve mon cap, je ne dois surtout pas abattre, etc".J'ai été formé par mon paternel à toujours montrer franchement mes intentions aux autres bateaux, qui a relofer ou abattre ensuite en mode "je te montre que je vais passer commeà ça par rapport à toi, tu as bien vu ? , maitenant que tu l'as compris je vais me re-rapprocher".L'autre skipper a commis un délit de fuite et devra, si il est retrouvé en répondre : j'ignore si ça peut faire pencher la balance en sa défaveur en terme de quelle assurance indemnise qui.Bon courage, ce n'est pas drôle comme situation, mais il faut remonter en selle en se rappelant qu'il n'y a eu qu'un peu de casse matérielle.·le 02 juil. 23:02
CfCfCf:Délit de fuite, vous y allez fort. Il n'y a eu AUCUN signal de détresse, pas une fusée, pas une balise déclenchée, même pas un appel sur le 16. Même 10 minutes plus tard. Si l'autre voilier a fait un rapport de mer, ou a remis une déclaration d'assurance de son coté, je ne suis pas sur que les autorités estiment qu'il y ait eu délit de fuite. Pour la manœuvre du voilier privilégié, c'est le contraire, s'il avait manœuvré avant, il aurait engagé sa responsabilité = le RIPAM indique clairement qu'il doit maintenir son cap et sa vitesse. Imaginez que les 2 bateaux abattent en même temps à la dernière minute. Il y aurait eu abordage. Mais le bateau privilégié aurait été responsable de ne pas avoir maintenu son cap et sa vitesse sur une route de collision.·le 03 juil. 17:24
CfCfCf:Par contre, le catamaran est probablement responsable de "Lorsque deux navires en vue l'un de l'autre s'approchent l'un de l'autre et que, pour une raison quelconque, l'un d'eux ne comprend pas les intentions ou les manœuvres de l'autre, ou se demande si l'autre navire prend les mesures suffisantes pour éviter l'abordage, le navire qui a des doutes les exprime immédiatement en émettant au sifflet une série rapide d'au moins cinq sons brefs. Ce signal peut être complété par un signal lumineux d'au moins cinq éclats brefs et rapides." , règle 34.d du RIPAM. ou même simplement Règle 36 - Signaux destinés à appeler l'attention·le 03 juil. 18:01
Shari:ela86, la grosse différence avec l aviation, c est qu il n y a aucune notion de privilege en espace aérien non controlé, et que la seule regle a bord, c est d assurer une surveillance du ciel constante. Dommage que tu n en aies pas suffisamment pour que celle ci devienne un réflexe que tu aurais pu aisément transposer sur un bateau. Car, la encore, au dela des privileges auxquels on peut réfléchir une fois qu on a acquis le visuel sur un autre bateau, la priorité doit rester de chercher a avoir la meilleure conscience/connaissance de la situation. Mais bon, comme le dit si bien tiktak, c est une lecon que tu vas payer un peu cher sans doute, mais qui profitera sans doute a beaucoup de ceux qui auront lu ce fil. ·le 04 juil. 20:06
Calypso2:finalement Eric Tabarly avait suivi la bonne filière pour étre un bon navigateur ;il était rentré dans aéronaval.. ·le 04 juil. 20:19
27 juin 2024

Un point que je n'avais pas remarqué avant : "Armé en catégorie C", pour moi, ça ne veut rien dire.
Ca devrait être "bateau de catégorie de conception A/B/C ou D armé en basique/côtier/semi-hauturier ou hauturier".
Et il est plutôt souhaitable que la météo soit compatible avec la catégorie de conception, et que la distance à un abri soit compatible avec l'armement embarqué…


ela86:"Armé en catégorie C", pour moi, ça ne veut rien dire: effectivement j'ai écrit ça ,et je ne l'ai pas vu a la relecture .par contre je vois que tu as étudié mon rapport de mer .ça me va bien de remettre les termes à leur place ·le 28 juin 01:10
28 juin 2024

C'est une question de bon sens:
D'une maniére générale si tu sais pas qui est privilégié (ou prioritaire) bah tu évites, et si tu ne l'as pas vu tu es en défaut de veille, point barre.
Ce n'est que mon humble avis sur la situation.
Générer un rapport de mer est il me semble impératif dans le cas ou l'abordeur se fait la malle, le signaler par vhf au cross aussi.
Après, sans avoir toutes les circonstances exactes, on ne peut pas déterminer qui est le fautif...


03 juil. 2024

Je trouve ce fil passionnant il s’avère que j’ai évité de peu une collision avec un cata de 43 pieds au moteur et qui n’exerçait aucune veille. Sans ma réaction il montait sur mon bateau avec le mât entre les étraves, quant à moi-même🙈👎

Entre l’île du levant et la cote je suis au près à 3 noeuds dans un zéphyr, peu ou pas manœuvrant, je surveillais ce cata depuis longtemps, à 150 ou 100 metres ne voyant aucune manœuvre j’ai attrapé ma corne de brune puissante achetée à Chicago il y a 25 ans priant qu’elle fonctionne, oui, j’appuie deux ou trois fois, je vois le skipper montrer sa tête et changer de direction, il me crie : merci !

Dingue quand même, la c était la fin de mon bateau et peut être du skipper


03 juil. 2024

voici 2 ou 3 ans on était derriere l'ile de Groix ,beau temps belle mer , vent au portant ...
comme souvent ligne a l'eau ..on aperçoit un bateau qui nous rattrape , petit a petit il arrive juste sur l'arriére ...je ne change pas de cap , c'est lui le rattrapant ..mais ça se corse , on est obligé de remonter la ligne tellement il est pret ..il continue a faire route sur nous ...j'abat en grand ...le bateau passe à quelques metres de nous . personne à la barre ,personne dehors , je gueule ...rien ...le bateau a continué sa route ...


Peace And Love:Dingue·le 03 juil. 21:19
Calypso2:je suppose qu'il a dû m'entendre mais il n'a m^me pas eu la correction de s'excuser ·le 03 juil. 21:33
09 juil. 2024

Bonsoir ,
Tout peut arriver avec les inconscients.
J avais décrit ma mésaventure avec l Imoca " bar " de Kapalouest qui nous qui nous raillait devant nos reproches . Quand l irresponsabilité côtoie la niaiserie.


Phare Saint-Louis, situé sur le musoir du môle Saint-Louis à Sète

Phare du monde

  • 4.5 (108)

Phare Saint-Louis, situé sur le musoir du môle Saint-Louis à Sète

2022